mardi 20 octobre 2015

La pensée complexe

La penséecomplexe.
 cet article reprend un échange par mail entre un interlocuteur, désigné ici par X pour sauvegarder son anonymat ( ses remarques seront en noir) et moi-même ( mes remarques seront en italiques rouges)

> bonjour,
  • > j'avoue ne pas souscrire à cet intérêt que tu manifestes pour ce que tu appelles la pensée complexe. Ce qui pour moi est important n'est pas que ma pensée soit complexe, mais que je puisse penser la complexité de la réalité. Ces deux propositions sont loin pour moi d'être équivalentes. Le sont-elles pour toi? Si ma pensée est soi-disant complexe, cela veut-il dire qu'elle pense la complexité du réel? Si oui, cela revient à supposer qu'entre la structure de ma pensée et celle du réel il y a correspondance. D'où tenons nous cela? D'ici peu je finirai par dire que le réel et la représentation que j'en ai dans le cadre d'une pensée complexe sont semblables; puis en fin de compte que ce que j'appelle le réel est la représentattrion que j'en ai...Ce que j'appelle le réel n'est rien d'autre que ma représentation. Bientôt je finirai par me prendre pour Dieu...A défaut je me vivrai comme un individu auteur de ses représentations et de sa propre pensée... L'hyperindividualisme contemporain trouve ici la justification idéologique de ses fabtasmes.

> A débattre, en essayant de penser...
> Bernard

.Bonsoir Bernard 
> 
> Je comprends ton questionnement mais ne sait pas y répondre directement et en tout cas pas aussi bien que P Fleurance dans le document que je t'ai joint (lien). 
> 
> Sache seulement que cette culture particulière m'a nourrie ainsi que ma propre démarche militante et qu'elle a fait ce que je suis devenu aujourd'hui. Pour être honnête, je dois y ajouter mes pratiques de l'informatique et du numérique, de l'alpinisme et ma pratique de la culture bouddhiste. Le tout s'est hybridé en ce que je nomme aujourd'hui ma pratique "managitude" ou méthode "simplexe". Je sais d'expérience que le chemin pour avancer dans ce champ est long et difficile. Encore faut-il en avoir l'appétit ? Est-ce indispensable pour vivre, je ne pense pas. Est-ce que cette culture participe à la biodiversité du vivant sur le plan culturel ? J'en témoigne régulièrement.  C'est ce qui condense ou synthétise au mieux mon chemin de vie. 
> 
> Je ne peux en débattre dans le cadre de ta rationalité ni dans une perspective soi disant objective. Tes commentaires à mes témoignages ce mercredi l'ont prouvé. Nous ne nous comprenons pas. En avons nous le désir  et l'énergie ?
> 
> A quoi sert de débattre et surtout comment débattre avec pertinence, activité si dispendieuse d'énergie  ? C'est une question de grande actualité aujourd'hui, pour moi en tout cas.
> 
>X

Le 18/10/2015 15:22, Bernard JOURNAULT a écrit :
Merci pour tes remarques. J'ai lu le texte de Fleurance et j'y souscrirais volontiers pour la plupart de ses remarques; mais elle aussi pratique ce tour de passe passe théorique qui semble n'avoir pour elle comme pour toi aucune importance, et qui me parait au contraire lourd de présupposés non dits : on utilise le terme complexe comme qualificatif du monde, ce qui me va bien, comme aussi un qualificatif de ma pensée ( la "pensée complexe"), ce qui sous-entend que la structure de ma pensée est conforme à la structure du réel. Et c'est cela qui paradoxalement nous renvoie à l'épistémologie classique selon laquelle, puisque le monde obéissait à une structure logique (""la mathématique est l'alphabet dans lequel Dieu a écrit l'univers" (Galilée) ou encore du même Galilée :" le livre de la nature est écrit en langage mathématique", la rationalité logique des mathématiques est le modèle d'une pensée juste. On a changé de paradigme, le complexe remplace le logique, mais on prend pour argent comptant que la structure de ma pensée soit en harmonie avec la structure du réel,; pour Descartes cela est une nécessité, sinon Dieu qui est l'auteur du monde et de ma pensée ne serait plus qu'un malin génie cherchant à me tromper, ce qu'il ne saurait être. Nous faut-il adopter ce point de vue ou au contraire admettre qu'entre le contenu de ma pensée et le réel l"inadéquation inéluctable doit être corrigée, non par une pensée,fut-elle soi-disant complexe, mais par une pratique d'expérimentation. Le réel est complexe, oui; une pensée complexe, je ne vois pas ce que cela veut dire.
à plus, 
Bernard.
  
Bonsoir Bernard,

Je vois que tu as bien analysé cette difficulté. Je pense qu'il y a une grande différence entre les tenants de l'approche scientifique et les tenants de l'approche complexe.  Tu fais référence au Dieu de Descartes ou d'autres.

Pour moi, Dieu existe, il fait partie de la langue française. Pour moi la nature de Dieu qui caractérise ce concept est l’immanence, c'est à dire le réel dont je ne peux pas parler sans le déformer en une réalité : réalité mathématique réalité scientifique ou encore réalité complexe pour moi. La "pensée complexe" est l'un des regards que porte l'humain sur le réel pour en décrire une réalité la sienne.

Ce qui diffère en la posture "scientifique" et la posture "complexe" :
la posture scientifique donne son explication de ce qui est : exemple l'esprit et le pensée surgissent du cerveau biologique - on ne peut séparer matière et esprit. 

la posture complexe diffère dans le sens ou l'on ne peux séparer penser et agir. Quand on pense le monde dans sa complexité, l'observateur faisant partie de l'observation cela transforme le monde : l'observateur et son action sur le réel à travers le regard complexe qui lui porte.   Toutes les façons de penser le réel sont anthropocentrées et limitées au capacités intellectuelles des personnes.

l'humain est incapable de représenter le réel et de le partager  avec aucune autre espèces du vivant. D'où l'absence d'objectivité radicale.

Chaque langue est un acteur majeur de la violence de la parole et de l'incompréhension qui en résulte. Mais sans la langue je ne peux pas communiquer.
     
Voila ce que je peux en dire             
a plus
X







Aucun commentaire:

Publier un commentaire